Imprimer cette page

La nature à la une


Réseau hydrographique
Les petits ruisseaux font de grandes rivières !

Par définition, un réseau hydrographique est un « ensemble des milieux aquatiques (lacs, rivières, eaux souterraines, zones humides, etc.) présents sur un territoire donné, le terme de réseau évoquant explicitement les liens physiques et fonctionnels entre ces milieux. » source : Agence de l’Eau Adour Garonne.

Il forme un ensemble hiérarchisé et structuré de chenaux qui assurent le drainage superficiel, permanent ou temporaire, d’un bassin versant. Les eaux souterraines et superficielles s’écoulent vers le point le plus bas d’une pente naturelle et se rejoignent pour former une rivière ou un fleuve, un lac ou une nappe souterraine avant d’atteindre la mer.

Un réseau hydrographique se découpe en 3 parties : la partie amont correspond à la zone de production dans laquelle est collecté l’essentiel de l’eau qui alimente les tronçons inférieurs, cette partie correspond aux sources, aux torrents. La deuxième partie est une zone intermédiaire, dite de transfert, elle correspond aux rivières et en l’absence d’aménagement le lit du cours d’eau se caractérise par des chenaux entrelacés. La dernière partie est la zone de stockage marquée par de nombreux méandres.

Le département de la Vienne est composé de 7 grands bassins : Dive du Nord, Clain, Charente, Vienne, Gartempe, Creuse, Sèvre Niortaise. L’ensemble de ces rivières, affluents, ruisselets… permanent et temporaire forme un réseau hydrographique relativement dense d’une longueur de plus de 4000 kilomètres !

L’écologie des cours d’eau est bouleversée par de nombreux facteurs. Les différents aménagements effectués au niveau de certaines rivières, tels que la modification du tracé (suppression de certains méandres), la construction de barrages, l’extraction de matériaux dans le lit…, conduisent à de graves dégradations environnementales pour l’ensemble d’un bassin versant. Restaurer la continuité écologique des cours d’eau et permettre une libre circulation des espèces et donc protéger la biodiversité tel est l’enjeu de la trame bleu. Cette trame, formée des cours d’eau et masses d’eau, est associée à la trame verte, constituée de grands ensembles naturels reliés par des corridors. Ces concepts ont émergé du Grenelle en tant qu’outil d’aménagement du territoire.