Imprimer cette page

Autour de la nuit


Quand le castor croque la pomme !


Castor - Piège photo (centre ville de Châtellerault) - Nicolas Tranchant

Quel est l'animal qui évolue au milieu de la rivière en cette nuit d'automne ? Un ragondin ? Non, l'avant du corps reste au dessus de la surface... Un castor ! Il a quitté sa femelle, ses deux jeunes nés en mai, et les adultes immatures des deux dernières portées, encore endormis dans une chambre en forme de four à pain, tapissée de copeaux de bois et aérée par une cheminée verticale. Tranquillement il a descendu un long couloir, pour rejoindre l'accès immergé de son terrier et il nage sans précipitation de ses pattes postérieures palmées.

Étape sur la berge, près du "réfectoire" où sont stockés des copeaux de bois et des tiges écorcées pour grignoter. En cette saison, plus difficile de trouver quelques jeunes pousses ligneuses ou des feuilles de peupliers, saules, frênes, aulnes et noisetiers. Avant de rejoindre l'eau, il marque à nouveau son territoire par le dépôt de castoreum (liquide huileux dégageant une odeur de goudron). Cette fois, pas de doute, sa queue aplatie (de cuir nu imprimé d'écailles) permet de l'identifier.

Puis il s'approche d'un amas de branchages, tous coupés en biseau, et empilés de manière compacte. Un barrage ! Notre castor continue sa progression, dans l'eau déviée qui déborde vers le terrain voisin, inondé, mais ceinturé par une digue étrange, haute de 25 cm et longue de près de 40 mètres ! Il hisse ses 25 kilos sur l'ouvrage de terre et cailloux, construit grâce à ses pattes antérieures, pourvues d'ongles fouisseurs, et évolue lourdement avant de s'arrêter, et de se redresser, en maladroit bipède, pour atteindre les arbres pris au piège ...Un verger !

Le jour se lève, dans la lumière du soleil, le castor croque de ses dents oranges une jolie pomme...


Mise à jour de la page : 01/2013