Imprimer cette page

Autour de la nuit


La vie nocturne des mares


Spatulated (Flickr)

Libellules, grenouilles, roseaux... voilà à quoi se résume pour beaucoup la vie des mares. Difficile il est vrai d'apercevoir une autre forme de vie en pleine journée : ça n'est que lorsque l'obscurité survient que tout un petit monde d'une diversité souvent insoupçonnée s'éveille...

Les insectes, tout d'abord, occupent une place de choix dans ce petit univers aquatique : parmi les hémiptères (punaises), la nèpe cendrée ou « scorpion d'eau » (qui n'a d'égal avec l'arachnide que la silhouette) ou la plus longiligne ranatre, terribles prédateurs à l'affût, quittent la nuit venue leurs cachettes organiques (vase ou végétaux). Les coléoptères ne passent pas inaperçus non plus : le redoutable dytique, dont la larve a autant d'appétit que ses parents, ou le plus pacifique hydrophile (notre plus gros insecte aquatique), s'envolent parfois au crépuscule vers d'autres points d'eau à exploiter. Quelques crustacés comme les minuscules daphnies ou les plus rares chirocéphales (joliment surnommés « crevettes féeriques ») hantent parfois les lieux.

C'est lors des nuits printanières que le spectacle est le plus animé : les amphibiens s'y regroupent en effet pour célébrer la fête de l'amour et déploient toute leur énergie pour parader et séduire. Les mâles urodèles, notamment les tritons, ne manquent pas de ressources pour cela : crêtes, palmes, parures hautes en couleurs, … chaque espèce a trouvé son costume pour en mettre plein la vue. Les anoures (grenouilles, crapauds, rainettes...), plus mélomanes, ne s'encombrent pas de déguisements et brisent le silence nocturne par un chant propre à chaque espèce.

Mais il n'y a pas que sous la surface que les mares rassemblent la vie : nombreux sont les mammifères qui se succèdent au crépuscule pour s'abreuver avant une nuit d'activités. Les sangliers et cerfs élaphes y trouvent même parfois une occasion de prendre un bon bain de boue pour se débarrasser de leurs parasites (au grand dam de la petite faune aquatique qui voit son habitat se transformer en souille !). Quant à certaines chauves-souris comme le murin de Daubenton, elles se rassasient des éclosions de moustiques dont les larves pullulent dans ces eaux dormantes. Les oiseaux ne boudent pas le lieu non plus : les fauvettes aquatiques comme la rousserolle effarvatte se réfugient la nuit venue dans les grandes hélophytes (roseaux...) qui colonisent parfois les mares.

Bien sûr, tout ce petit monde n'est qu'une infime partie du cortège immensément riche et varié qui constitue la biodiversité des mares... à découvrir à la nuit tombée.

Alban Pratt


Mise à jour de la page : 01/2013