Imprimer cette page

La nature à la une


Le Moustique, utile mais détesté.


Jean-Luc Kerveadou (Galerie-insecte.org)

Le printemps est là, les douces soirées envahies du vacarme des amphibiens et des rossignols sont à leur paroxysme et tout à coup : « Bzzzzzzzzzzzzzzz » sonne à votre oreille … Vous l’avez compris, les moustiques vous ont repéré !
C’est principalement à partir du printemps et jusqu’en automne que les moustiques sont actifs, certaines espèces sont même capables d’hiverner dans les caves et souterrains. Aquatiques dans leurs premiers stades, ces insectes sont ensuite aériens à l’état d’imago.

Détestés pour les piqûres qu’ils nous infligent mais aussi craints par beaucoup car ils sont vecteurs de quelques maladies (paludisme et chikungunya pour ne citer qu’eux mais rassurez-vous ces maladies sont essentiellement tropicales), les femelles sont les seules à piquer. L’absorption de sang est en effet nécessaire (mais pas obligatoire) à la maturation de leurs œufs.
C’est en repérant les émanations de dioxyde de carbone, grâce à leur odorat,  que les femelles en quête d’hémoglobine  détectent leurs futures proies. Elles œuvrent la nuit, principalement au crépuscule et à l’aube alors que leurs victimes sont endormies. L’Homme n’est pas seul à être piqué, à son tableau de chasse figurent également oiseaux, grands mammifères, reptiles et même les amphibiens !

Si les femelles de Culicidae sont connues pour les désagréments qu’elles imposent, on connaît beaucoup moins leurs bienfaits pour la nature ; le sang n’est pas l’unique ingrédient au menu de ces dames. Comme les mâles, elles sont capables de butiner, absorbant pollen et nectar des fleurs et participent ainsi à la pollinisation des plantes, au même titre que les abeilles et les papillons.

Adultes, ces insectes composent le casse-croûte de beaucoup de vertébrés nocturnes comme les chauves-souris ou les amphibiens. Oiseaux et divers insectes en consomment également en journée. À l’état de larve, c’est toute la faune carnivore aquatique qui s’en délecte : gerris, larves de libellules, notonectes, dytiques, têtards et bien d’autres.

À savoir :

  • Lorsqu’on entend un moustique voler, c’est une femelle. Ce signal auditif renseigne les mâles sur leur présence ! Ces derniers ont un vol silencieux. Leurs antennes pectinées (en plumeau) les aident à localiser leurs partenaires.
  • Manger du fromage et boire de la bière attire les moustiques, dur dur de manger français ! Les odeurs alors dégagées par l’haleine ouvrent l’appétit des femelles moustique.

Samuel Ducept