Imprimer cette page

La nature à la une


Baguage


Noctule de Leisler baguée - Jean Wüest © Muséum de Genève

Comme pour les oiseaux dont on a pu étudier la migration grâce à cette technique, le baguage fut également utilisé sur les chauves-souris, à partir des années 1930 pour atteindre son apogée dans les années 1950. L'objectif était de préciser pour ces animaux dont on ignorait encore beaucoup de traits comportementaux, l'existence et l'amplitude des déplacements saisonniers.

La technique, semblable à celle employée en ornithologie, consistait à capturer les individus et à leur poser sur l'avant-bras une bague en aluminium numérotée et estampillée Muséum d'Histoire Naturelle de Paris. Coordonnée par le Centre de Recherche sur la Migration des Mammifères et des Oiseaux, l'activité de baguage des chauves-souris se développa rapidement avec la participation notamment de nombreux « biospéléologues ». Peu encadrée sur le terrain et laissée entre les mains d'amateurs parfois peu compétents, cette discipline allait bientôt tourner au concours de capture, réalisées souvent sans aucun respect de la biologie et de la quiétude des animaux.

Pratiqué en hiver notamment, le baguage - et parfois les expériences de déplacement qui y étaient associées - ont causé la disparition de populations entières de chauves-souris et la désertion de nombreux sites souterrains.

C'est pour cette raison que cette activité fut interrompue définitivement sous cette forme à la fin des années soixante. Le bilan en terme de nombre de bagues n'est pas anodin : près de 90 000 bagues posées sur 17 espèces. Arrivent en tête le minioptère, le grand rhinolophe et le grand murin. La région Poitou-Charentes se situe en troisième position avec plus de 11 000 bagues. Le baguage a mis en évidence des mouvements migratoires chez plusieurs espèces de chauves-souris (voir « migration »), et a apporté d'utiles renseignements sur les déplacements des chauves-souris cavernicoles en particulier, entre leurs gîtes d'hiver et ceux de reproduction.

Aujourd'hui cette technique est de nouveau utilisée dans les conditions strictes de programmes d'études scientifiquement validés.