Imprimer cette page

La nature à la une


Sérotine bicolore


Rudo Jurecek

Cette chauve-souris est une boréo-alpine, ce qui en terme biogéographique signifie une origine plutôt septentrionale et une propension à fréquenter les habitats d'altitude. Sa répartition l'emmène en Norvège et en Suède, mais elle moins nordique que la sérotine de Nilsson, qui atteint le cap Nord ! Elle occupe aussi toute l'Europe centrale et descend au sud jusque dans les montagnes de Grèce. En France on la connait des Alpes et depuis peu dans le massif central. Malgré tout, cette sérotine reste une chauve-souris peu connue en France.

Sa découverte dans notre région fut donc une surprise et une histoire peu ordinaire. Une photographie de sérotine illustrant le « Guide des chauves-souris en Poitou-Charentes » intrigua le petit monde des amateurs de chauves-souris quelques années après la parution de l'ouvrage. Après échanges et discussions, il s'avéra que la chauve-souris photographiée comme une sérotine commune, était en fait une sérotine bicolore, en vadrouille dans les Deux-Sèvres. Non seulement il s'agit de la première observation en Poitou-Charentes mais en plus de la donnée la plus occidentale d'Europe enregistrée à ce jour. Les déplacements migratoires effectués par cette chauve-souris peuvent dépasser un millier de kilomètres.

Plutôt robuste la sérotine bicolore capture toutefois des insectes de petite taille qu'elle pourchasse au dessus de l'eau et en plein ciel. Elle gite de préférence dans les bâtiments mais peut aussi occuper les cavités d'arbres. C'est l'une des rares chauves-souris à produire des jumeaux presque systématiquement et on a même observé des triplés.