Imprimer cette page

La nature à la une


Évolution


Icaronycteris index - Andrew Savedra

On pense que les chauves-souris se sont différenciées des autres mammifères il y a environ 70 millions d'années. Toutefois, les plus anciens vestiges sont datés de 50 millions d'années, au début de la période éocène. Ils ont été découverts dans un nombre limité de sites, en Amérique du nord dans le Woyming (Green River), et en Europe dans les mines de schiste bitumeux de Messel en Allemagne, où le substrat les a conservés dans d'excellentes conditions. C'est ainsi que l'on sait qu'à cette époque les chauves-souris utilisaient déjà les ultrasons et consommaient des insectes. La plus célèbre, Icaronycteris index, possédait une griffe au deuxième doigt de la « main », caractère que l'on ne retrouve actuellement que chez les Roussettes tropicales. Son envergure était d'environ 35 cm pour un poids de 15 à 20 gr. La diversification des espèces a pris son essor durant la période éocène supérieur et l'oligocène (-37M à -22M d'années), et si plusieurs familles sont aujourd'hui éteintes la plupart - ayant vu le jour durant cette période - constituent la faune actuelle.

Un grand mystère demeure néanmoins à propos de l'origine des chauves-souris, car tous les fossiles montrent des animaux très semblables à la forme actuelle, tant dans leur biologie (utilisation des ultrasons) que dans leur morphologie (acquisition du vol). Il semble cependant que la maîtrise du vol battu fut antérieure à d'autres caractéristiques telles que l'écholocation ultrasonore. L'hypothèse d'un petit mammifère arboricole évoluant de branche en branche puis d'arbre en arbre à l'aide d'une membrane alaire naissante a depuis longtemps la faveur des scientifiques. L'espace aérien nocturne, laissé en grande partie vacant par les oiseaux, demeurait alors un vaste territoire à conquérir...

Cela dit, il reste une grande part d'ombre dans l'arbre généalogique des chauves-souris en raison, notamment, du nombre encore réduit de vestiges paléontologiques et, par conséquent du faible nombre d'espèces fossiles identifiées jusqu'à ce jour. À l'évidence, il faut s'attendre à de fortes modifications à l'avenir, qui confirmeront ou invalideront au gré des nouvelles découvertes, le scénario d'évolution du moment.