En France, sur 101 espèces étudiées, 57 sont en situation précaire, elles ont disparu de la moitié des départements où elles étaient présentes entre 1970 et 1990. Environ 300 espèces des champs cultivés sont menacées, plus d'une centaine approchent de l'extinction. En Poitou-Charentes, sur 64 espèces étudiées, 37 sont en régression et 19 sont considérées comme disparues. La région Poitou-Charentes serait celle qui aurait perdu le plus d'espèces messicoles au cours de ces dernières années.

Les plantes qui «habitent» les moissons peuvent aussi vivre ailleurs, si l'on étend la définition... selon le type de culture et de sol, différentes espèces s'installent :

  • espèces annuelles des céréales d'hiver et de printemps (Petite brize, Chrysanthème des moissons, Bleuet, Adonis, Nielle des blés...),
  • espèces vivaces des cultures sarclées (Coquelicots, Fumetterre, Herbe-aux-Ecus...),
  • plantes des vigneset des cultures arbustives (Souci, Gagée, Tulipe, Muscari...).

Intérêts

Les plantes compagnes des cultures ont un fort intérêt écologique : outre leurs particularités issues de leur évolution en parallèle avec l'Homme, certaines d'entre elles sont incapables de vivre hors des cultures. Formant un capital de gènes unique, elles abritent de nombreuses autres espèces : une étude a recensé pas moins de 173 espèces d'arthropodes (insectes, araignées...) qui sont totalement dépendantes de 38 espèces de plantes messicoles.

Les plantes compagnes des cultures font partie de notre héritage depuis des millénaires, et leur intérêt est multiple. Elles ont leur place dans notre culture : utilisation depuis l'Antiquité pour la médecine et l'alimentation mais aussi le culte chrétien, inspiration artistique, symboles historiques...
La valeur économique - encore aujourd'hui - n'est pas négligeable, que ce soit pour l'alimentation ou la pharmacopée.

Les tolérer en bordures de champs tout en surveillant leur impact sur le rendement induit une économie d'herbicides... Elles permettent en outre de valoriser une agriculture respectueuse de l'environnement, et constituent un symbole fort auprès du grand public.

Solutions

Face à cette régression préoccupante, certaines régions ont d'ores et déjà mis en place des actions pour préserver nos plantes compagnes :

  • Contrats de gestion avec les agriculteurs (CAD) - Notion de seuil de nuisibilité pour favoriser les messicoles sans impact sur le rendement des cultures.
  • Achats de terrains par des Conservatoires Régionaux d'Espaces Naturels, Parcs Nationaux...
  • Création de parcelles conservatoires et pédagogiques.
  • Conservation des semences par les Conservatoires Botaniques Nationaux.
  • Fleurissement de friches industrielles avec des messicoles indigènes

Pour ne plus voir disparaître les couleurs du printemps, à nous de jouer !

Un plan d'action pour les plantes compagnes des cultures

Inspiré du Plan d'Action National pour les messicoles porté par les Conservatoires Botaniques de Porquerolles, Gap-Charance et Bassin Parisien, un programme régional d'inventaire et de sensibilisation à la préservation de la flore messicole a été initié en 2005 par les associations départementales affiliées à Poitou-Charentes Nature.

Ce programme prévoit de sensibiliser le monde agricole ainsi qu'un large public à ce sujet et de proposer des solutions pour favoriser le retour des couleurs vives des coquelicots, des nielles et des bleuets (entres autres...) dans les champs.

Il se compose de 4 volets principaux :

  • la connaissance scientifique,
  • la conservation et la restauration in-situ (en lien avec le monde agricole, les collectivités, les conservatoires d'espaces naturels ...),
  • la conservation ex-situ (collection de semences),
  • la sensibilisation, l'éducation et la formation.

Dans ce cadre, vous pouvez nous aider à faire l'inventaire des plantes messicoles de la région : vous connaissez certaines de ces plantes, vous savez où les trouver, vous avez trouvé des taches de couleur dans le paysage qui y correspondent ? Contactez nous.

Vous pouvez aussi nous signaler des stations de plantes messicoles en remplissant la fiche d'observation téléchargeable en cliquant ici et en nous la renvoyant à notre adresse postale.