Imprimer cette page

Communiqués de presse

Massacre à la tronçonneuse à Adriers
Conférence de de presseMardi 30 juin - Adriers

Forte émotion dans le secteur d’Adriers : plusieurs kilomètres de haies ont été exploités (abattage systématique des chênes) ou détruits, défigurant un territoire bocager traditionnel (vallonnement, haies, élevage).
Vienne Nature, la LPO Vienne, Poitou-Charentes Nature et Prom’Haies posent simplement la question :
Comment cela est-il possible ? Comment y mettre un frein dans l'intérêt général ?
En présence des élus locaux.

Lire le communiqué de presse

 

Du tout LGV au tout camion

COMMUNIQUE DE PRESSE - 05/05/2015

Décollage économique, desserte améliorée des territoires, autoroute ferroviaire… Parmi les arguments de Réseau Ferré de France (RFF) pour vendre la LGV Tours-Bordeaux, nous n’avions cru qu’au ferroutage. Aménager pour le transport des semi-remorques la ligne historique libérée des TGV, c’était acté par la Loi Grenelle 2. Avec 30 aller-retour par jour, un report sur le rail d’une part du transport routier de marchandises devait réduire les émissions de gaz à effet de serre et la consommation de pétrole. À l’échelle régionale, c’était l’espoir d’en finir avec le mur de camions sur la RN 10.

Première alerte en 2014 lors des enquêtes publiques : le projet est revu à la baisse, avec 4 aller-retour par jour ; L’aménagement de l’itinéraire direct par Angoulême est renvoyé à plus tard ; on passera par Niort sur des voies inadaptées. Mais, officiellement, ce n’est qu’un retard ! Aujourd’hui le projet est bouclé, le concessionnaire désigné, des wagons spéciaux commandés... et le Ministère annonce l’abandon.

Pourquoi ce revirement ? Des raisons environnementale ? Un alibi. Certes, il faudra revoir le terminal sud et poser des écrans anti-bruit dans la traversée des zones urbanisées, mais on sait faire, et puis comment croire que RFF se préoccupe enfin des nuisances sonores ? Quant au lobby du transport routier, il a bon dos, alors que le ferroutage rééquilibrerait les conditions de travail au profit des entreprises hexagonales.

Malheureusement, la raison est ailleurs : l’absence de volonté politique ou plutôt la volonté de ne rien faire contre le tout camion. Merci pour le dérèglement climatique.

 


Mise à jour de la page : 07/2015