Imprimer cette page

Forêts alluviales

Habitats patrimoniaux du bassin de la Vienne

Les forêts alluviales ont subi une forte détérioration au cours du siècle passé. L’intensification des pratiques agricoles, l’exploitation des granulats (gravières, sablières), la modification du régime hydrologique des rivières par la création de barrages, digues, etc., ont largement contribué à la disparition progressive de ces habitats déjà naturellement de faible étendue.


Exemples de forêts alluviales
Forêts riveraines ou en relation avec un cours d'eau, une zone humide, un marais...

Leur rôle dans le fonctionnement des cours d’eau (protection des berges, épuration chimique de l’eau, contribution à l’écrêtage des crues, recharge des nappes phréatiques, etc.) est doublé d’un intérêt biologique fort. Les interfaces milieux aquatiques-milieux terrestres sont le refuge de nombreuses espèces d’intérêt patrimonial (mammifères, oiseaux, amphibiens, insectes, poissons, etc.) en raison de la grande diversité floristique qui les caractérise.

Le caractère résiduel des différentes formations boisées naturelles alluviales et des micros habitats tels que les suintements ou les sources, inscrit ces habitats comme un enjeu majeur dans la conservation de la biodiversité locale. La plupart des ces habitats sont inscrits à l’annexe I de la Directive Habitat et sont donc considérés comme des habitats naturels d’intérêt communautaire.

Préservation des espaces et des espèces abritées

La préservation des ensembles encore intacts et la restauration des secteurs dégradés est une priorité dans le cadre d’un programme de sauvegarde. Cinq étapes vont être mises en oeuvre de 2007 à 2013 : Inventaire, analyse et préconisations de gestion, gestion concertée, suivi naturaliste, propositions d'acquisition/gestion à nos partenaires.


En haut : Saules âgés ; En bas à gauche : Forêt de pente sur suintement, à droite la Corydale à bulbe plein
(fleur rose) et la Ficaire (fleur jaune)

1- Inventaire

Un inventaire sur l’ensemble du bassin de la Vienne a été mené entre 2007 et 2009 afin de dresser un état des lieux de la répartition et de l’état des forêts alluviales.
Un document de synthèse sera mis à la disposition des syndicats de rivière avec qui ce travail a été mené. Ils auront ainsi à disposition un inventaire des milieux forestiers patrimoniaux présents sur le long des cours d’eau dont ils ont la gestion.

 

Répartition des forêts alluviales de la Vienne
(la Charente est hors étude)

La cartographie des forêts alluviales souligne le caractère relictuel de ces milieux. Sans intervention humaine, ces forêts pourraient être présentes le long de tous les cours d'eau du département.


2- Analyse et préconisations de gestion

Le travail d'inventaire a permis une analyse de l'état de conservation des forêts alluviales et l'élaboration d’un plan de gestion en concertation avec les syndicats de rivière pour la préservation et la restauration des habitats.

Dans la continuité de cette première phase d'état des lieux, entre 2010 et 2013 des actions de gestion et de suivi vont être mises en place. En parallèle, nous proposerons d'acquérir les plus grands ensembles de forêts alluviales qui ont conservé un caractère naturel.

Ces politiques d'acquisions seront menées dans un but de conservation patrimoniale avec nos partenaires le Conseil Général de la Vienne (Espaces Naturels Sensibles) et le Conservatoire Régional d'Espaces Naturels.

Projet réalisé grâce au soutien financier de :


Mise à jour de la page : 12/2013