Imprimer cette page

Arbres remarquables

C’est en 1978 que Vienne Nature a commencé à s’intéresser aux “beaux arbres" du département de la Vienne et à collecter de précieuses données.

A partir de 1992, France Nature Environnement a lancé un vaste projet de recensement des arbres remarquables de France et des DOM - TOM.

Dans la Vienne, plus d’un millier d’arbres hors du commun (pour leur âge, leurs dimensions, leur forme particulière, leur caractère paysager ou les légendes et évènements historiques qui s’y rattachent) ont été référencés par Vienne Nature de 1996 à 1999.


Suite à cet inventaire, réalisé avec le concours financier de la Diren, notre association a co-édité avec Atlantique Editions de l'Actualité Scientifique Poitou-Charentes , juste avant la grande tempête de 1999, le livre "Arbres Remarquables de la Vienne", ouvrage abondamment illustré qui a permis de faire découvrir au grand public ce patrimoine jusqu’alors méconnu.


Beaucoup d’arbres dignes d’intérêt nous sont sans aucun doute encore inconnus, mais petit-à-petit, grâce à votre participation, l’inventaire pourra se poursuivre.

Certains vieux arbres, parfois creux et que l'on a trop tendance à vouloir remplacer par de jeunes arbustes sous prétexte de maladie, sont de véritables "logements collectifs" offrant le gite et le couvert à une faune originale et variée (Chouette chevêche, pics, insectes xylophages...).

 

 

Voir également des informations complémentaires à glaner sur le site de la Dreal Poitou-Charentes.

Ainsi qu'un aide mémoire des textes juridiques sur les droits de l'arbre réalisé en 2003 pour le Ministère de l'Ecologie.

--> La récente loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a instauré une protection juridique pour les allées d’arbres et alignements d’arbres qui bordent les routes et les canaux. Son article 172 a inséré le nouvel article suivant dans le code de l’environnement.

« Art. L. 350-3.-Les allées d’arbres et alignements d’arbres qui bordent les voies de communication constituent un patrimoine culturel et une source d’aménités, en plus de leur rôle pour la préservation de la biodiversité et, à ce titre, font l’objet d’une protection spécifique. Ils sont protégés, appelant ainsi une conservation, à savoir leur maintien et leur renouvellement, et une mise en valeur spécifiques.

« Le fait d’abattre, de porter atteinte à l’arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l’aspect d’un ou de plusieurs arbres d’une allée ou d’un alignement d’arbres est interdit, sauf lorsqu’il est démontré que l’état sanitaire ou mécanique des arbres présente un danger pour la sécurité des personnes et des biens ou un danger sanitaire pour les autres arbres ou bien lorsque l’esthétique de la composition ne peut plus être assurée et que la préservation de la biodiversité peut être obtenue par d’autres mesures.

« Des dérogations peuvent être accordées par l’autorité administrative compétente pour les besoins de projets de construction.

« Le fait d’abattre ou de porter atteinte à l’arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l’aspect d’un ou de plusieurs arbres d’une allée ou d’un alignement d’arbres donne lieu, y compris en cas d’autorisation ou de dérogation, à des mesures compensatoires locales, comprenant un volet en nature (plantations) et un volet financier destiné à assurer l’entretien ultérieur. »


Mise à jour de la page : 04/2017