Imprimer cette page

Réseau d’observateurs des micromammifères dans la Vienne

 Objectif : Constituer un réseau d’observateurs des micromammifères dans la Vienne, formés à la méthode d’analyse des pelotes de régurgitation. Pour cela, Vienne Nature mettra en place une série de 8 ateliers de formation à la détermination des cranes ainsi que tous les outils nécessaires.

La méthode d’analyse des pelotes de régurgitation, qu'est ce que c'est ?

Certainement la méthode la plus simple et la plus efficace pour inventorier un maximum de micromammifères présents sur un secteur. Elle consiste à déterminer les restes osseux, principalement les cranes et mandibules, des proies contenus dans les pelotes de régurgitations des rapaces.

Mais une pelote de réjection qu’est-ce que c’est ?

Les oiseaux, ne possèdent ni dents, ni glandes salivaires donc ne mâchent pas leur nourriture : ils vont avaler leurs proies entières. Le corps va alors agglomérer tous les éléments indigestent, comme les plumes, les os ou les poils, sous forme d’une pelote. Elle sera ensuite régurgitée par le bec quelques heures seulement après leur repas. Ces pelotes, qui ne sont pas des crottes, sont également appelées boulettes de régurgitation.

 Les pelotes de l’Effraie des clochers (Tyto alba) constituent les meilleures pelotes à analyser pour 2 raisons :

  • Cette espèce est peu sélective dans le choix de ses proies. L’inventaire portera sur un large éventail des micromammifères présents.
  • Il s’agit d’une espèce abondante dont les pelotes sont facilement retrouvées dans le bâti.

 

Qu’est-ce qu’un micromammifère ?

Les micromammifères ne représentent pas un véritable taxon. On regroupe sous ce terme l’ensemble des petits mammifères notamment les rongeurs (excepté le Castor d’Eurasie) et les musaraignes (insectivores).

En réalité ces micromammifères ne sont pas les seules proies des rapaces. Dans le département de la Vienne, ils représentent 98 % des proies identifiées au sein de pelotes de réjections entre 1985 et 2005. Les 2 % restant sont d’autres petites espèces tels que les chauves-souris ou encore les amphibiens.

Quelles applications ?

Cette méthode d’analyse est non intrusive et permet la récolte d’un nombre conséquent de données. Elle est utilisée dans le cadre d’inventaires des micromammifères et notamment d’atlas départementaux ou régionaux.

Afin d’assurer un effort de prospection minimum, l’analyse doit être faite sur un nombre minimum de pelotes sur un secteur donné. L’inventaire des micromammifères d’une commune passera par l’analyse d’au moins 100 pelotes.

 Le réseau Pelote dans la Vienne :

Tout au long de cette année 2017 des ateliers de formation à l’analyse des pelotes seront proposés aux bénévoles dans les locaux de Vienne Nature.

Vous trouverez à disposition, tout le matériel nécessaire :

  • Loupe binoculaire
  • Pinces et bacs
  • Clé de détermination
  • Un encadrant souriant et patient !

 1er rendez-vous le jeudi 2 mars pour la présentation et le lancement ! (au local de Vienne Nature. Gratuit, réservé aux adhérents. Rens. et inscription 05 49 88 99 04.)

 Récolte de pelotes

Mais pour s’entrainer nous aurons besoin de nombreuses pelotes à analyser. Vous pouvez récolter des pelotes près de chez vous et nous les rapporter au local. Les données tirées de chaque échantillon seront communiquées au « récolteur ».

 Pour récolter des pelotes :

Les pelotes des rapaces nocturnes seront les plus faciles à découvrir et les plus riches en restes de micromammifères. Ces prédateurs vont se poser à l’abri pour digérer et recracher les pelotes. Ces perchoirs sont fréquentés régulièrement si vous réussissez à les observer vous découvrirez au pied de nombreuses pelotes !

Le bon perchoir :

Les gîtes diurnes, là où les rapaces nocturnes vont passer la journée au calme, seront les plus riches en pelotes. Il peut s’agir d’arbres creux, morts isolés, ou couverts de lierre, des bâtiments isolés (combles, hangar, église…).

 Pour les localiser :

Vous pouvez observer tout site qui semble intéressant comme cité au-dessus. Pour vous aider, repérez les nombreuses trainées blanches au sommet des entrées ou perchoirs, il s’agit de fientes qui trahissent le passage ou la présence régulière d’un rapace. L’écoute de leurs chants et/ou cris vous aidera à repérer un secteur fréquenté par un rapace nocturne. L’observation directe d’un individu, souvent de nuit, vous indiquera également un perchoir à prospecter.

Attention à ne pas déranger ! Ces perchoirs sont souvent occupés en journée, lorsque vous irez récolter des pelotes. Veillez à passer discrètement et à ne pas déranger l’animal présent. Ces sites peuvent également abriter un nid…

 La collecte :

Lorsque vous découvrez des pelotes, collectez les plus récentes, en bon état. Récoltez par lot : un sac correspondant à un lieu de collecte. Pour chaque lot récolté penser à reporter sur une feuille :

  • La date
  • Nom et prénom de l’observateur
  • Commune et lieu-dit
  • Si possible les coordonnées GPS
  • L'espèce (rapace)
  • Nombre de pelotes

 

Mais à qui appartient cette pelote? http://www.fcpn.org/activites_nature/oiseaux/dossier-pelotes/planche-de-determination-pelotes/download

Recommandations :

  • Lavez-vous les mains après avoir manipuler des pelotes.
  • Conserver votre lot au congélateur !
  • Encore une fois, si le rapace est présent veillez à ne pas le déranger : discrétion et visites espacées dans le temps.

Mise à jour de la page : 02/2017