Imprimer cette page

Xénope

Le Xénope lisse : nouvelle espèce exotique envahissante en Vienne

Généralement, le monde naturaliste se réjouit de la découverte d'une nouvelle espèce. Cette fois, on ne peut que regretter et s'inquiéter de la découverte de la 18e espèce d'amphibien en Vienne. C'est que ce nouvel arrivant n'est pas une espèce locale ; il s'agit d'une espèce introduite, qui, en l'absence de régulateurs naturels, peut porter atteinte au reste de notre faune batrachologique. Son aire naturelle d'origine est l'Afrique australe. Son nom : le Xénope lisse ou Xénope du Cap, Xenopus laevis.

«  Une plaquette pour en savoir plus (cliquez sur l'image ) 

Xenopus laevis (H. KRISP\CC-BY-3.0)
Xénope lisse (H. KRISP/CC-BY-3.0)

 

On peut se demander comment cette espèce a pu atterrir chez nous ! Comme bien souvent c'est l'Homme qui est à l'origine - involontaire - de son expansion. Le Xénope est en effet l'amphibien le plus utilisé dans les laboratoires de recherches (embryologie, cancérologie) ; il a notamment servi pour la mise au point de tests de grossesse dans les années 50. Des centres d'élevage ont ainsi été créés un peu partout dans le monde, et des individus se sont bien évidement échappés. Ce fut le cas entre autres aux États-Unis, au Pays de Galles, en Angleterre, et en France, dans notre région...

En Poitou-Charentes, il existait un centre d'élevage à Bouillé-Saint-Paul, petite commune située dans le nord du département des Deux-Sèvres. Des individus se seraient "échappés" dans les années 1980-90, suite à la fermeture du centre d'élevage. Ce sont des naturalistes de Deux-Sèvres Nature Environnement qui ont découverts en 1998 les premiers individus dans la nature. Des études (menées par des collectivités, des associations de protection de l'environnement et des bureaux d'étude) ont depuis mis en évidence une progression d'environ 1 km par an et un impact négatif sur les populations d'amphibiens autochtones par prédation, compétition et transmission de pathogènes (chytridiomycose). Après les Deux-Sèvres, puis le Maine-et-Loire, l'espèce a été observée dans le Nord Vienne au cours de l'été 2013, par une équipe de la LPO Anjou venue travailler sur la répartition de l'espèce.

Au printemps 2014, Vienne Nature a mené une compagne de sensibilisation et de piégeage sur la Communauté de Communes du Pays Loudunais.

 

Avec la participation financière de :


Mise à jour de la page : 09/2015