Imprimer cette page

La Vallée de la Charente passée au crible

© Samuel DUCEPT

Longtemps délaissé au profit de projets sur le bassin de la Loire (Clain, Vienne, Creuse, Gartempe, Dive…), il était temps que le patrimoine naturel du bassin du fleuve Charente suscite notre intérêt. L’occasion nous en a été donnée en 2013 dans le cadre d’un programme de valorisation du patrimoine naturel des fonds de vallées de la Charente et de ses affluents.

Objectifs du projet

S’étirant sur plus de 80 km dans le département de la Vienne, le fleuve Charente et ses affluents n’avaient fait l’objet que d’études très ponctuelles. Il s’agissait donc pour Vienne Nature de réaliser des campagnes d’inventaires dans le sud du département pour localiser les habitats naturels patrimoniaux des fonds de vallées et mettre en place des suivis d’espèces au statut précaire. La LPO Vienne nous a accompagnés sur ce projet pour la réalisation d’inventaires ornithologiques.

Résultats

Les inventaires naturalistes menés sur les cours d’eau, leurs abords, les prairies humides et les boisements nous ont révélé quelques belles surprises. Parmi les habitats naturels les plus remarquables, les forêts alluviales et les forêts de pente, les cariçaies et les herbiers à potamots puis des habitats de pelouses sèches calcicoles riverains des cours d’eau ont été relevés.

Tous ces milieux sont utilisés par diverses espèces patrimoniales qui ont également fait l’objet de recherches assidues : la Musaraigne aquatique, découverte au niveau de deux zones de sources grâce aux pièges à crottes, la Loutre d’Europe, enfin confirmée dans 3 secteurs sur le cours de la Charente et d’un de ses affluents et le Campagnol amphibie, lui aussi bien présent dans ces cours d’eau.

Les fonds de vallées hébergent quant à eux les cortèges de libellules attendus dans ce type de milieux (Agrion de Mercure et Cordulégastre annelé), signe d’une qualité d’habitats encore satisfaisante. Une multitude d’Orthoptères des zones humides (dont le Criquet ensanglanté, le Criquet des roseaux ou encore le Grillon des marais), puis le Cuivré des marais, papillon protégé, hôte des prairies humides, sont également notés dans plusieurs parcelles des bords de la Charente.

Nos pérégrinations nous ont également permis de découvrir 3 individus de Caloptéryx hémorrhoïdal, une espèce qui n’avait jusqu’alors jamais été signalée dans notre département et qui porte désormais à 62 le nombre d’espèces de libellules rencontrées dans la Vienne.
Parallèlement à ces inventaires et pour sensibiliser le public local à l’intérêt des fonds de vallée, 13 sorties grand public ont été organisées dans le cadre des « Jeudis de la Charente ». Chaque commune traversée par la Charente ou un de ses affluents a donc été parcourue au cours de l’été. Une soixantaine de personnes ont assisté à ces sorties dont 3 ont été annulées pour conditions météo désastreuses.

Tout juste remis au Syndicat mixte du Pays Civraisien, le rapport d’étude comporte également un paragraphe complet dédié à l’amélioration de la gestion du fleuve Charente et de ses affluents ainsi que de leurs abords immédiats, pour une meilleure prise en compte de la biodiversité du département.

Quelques chiffres

Les richesses naturelles de la Vallée de la Charente
-          25 types d‘habitats naturels relevés,
-          195 espèces végétales,
-          43 espèces de mammifères,
-          60 espèces d’oiseaux,
-          43 espèces de libellules,
-          31 espèces d’orthoptères,
-          38 espèces de papillons de jour,
-          4 espèces de bivalves.


Les partenaires financiers

Ce projet a été mené dans le cadre du programme Leader+ porté par le Syndicat Mixte du Pays Civraisien et soutenu financièrement par l’Union Européenne, le Conseil Régional du Poitou-Charentes, l’Agence de l’eau Adour-Garonne et le SABAC (Syndicat d’Aménagement du Bassin de la Charente).


Mise à jour de la page : 12/2014